Nous sommes à quelques jours de mon départ pour la France. Lors de la réunion plénière de dimanche qui a précédée ma fête d’adieu, j’ai résumé mes sentiments contradictoires. En effet, je suis extrêmement attristé se quitter mes amis, la petite communauté d’expat d’Uvira et Baraka qui sont comme des familles pour tous, plus intimement Anne-Laure, Guy et Christian qui ont été des collègues efficaces et parfaitement faciles à vivre et à encadrer. Bien sûr, je n’oublierai jamais tous les chauffeurs et leurs assistants, les équipes de distributeurs vivres et non-vivres, celle des gardiens, le staff du garage, de la logistique et de l’administration. King, Gény, Augustin, Jean, Alphonse, Mussa, Edo, Jean Pierre, Wilondja, Thimoté, Byamungu, Freddy, Cyprien et tous les 70 autres que je ne peux pas citer en intégralité. Les équipes sont compétentes et bien formées désormais, et j’en suis heureux.

Et d’un autre côté, logiquement, je suis enchanté de revenir, retrouver ma chérie, la famille et les amis.

Il convient maintenant de remercier tous ceux qui m’ont soutenu jusqu’à présent dans ce projet, par leurs petits messages sur le blog ou sur mon email ou simplement par la pensée. Particulièrement, je suis reconnaissant envers Laetitia du siège qui m’a accordé une confiance pour relever le défi malgré mon inexpérience dans les métiers de l’humanitaire. Je pense aussi à ceux qui m’ont « autorisé » à partir, ma chérie et la famille mais surtout mes employeurs qui ont adhéré à ce projet.

Je serai absolument indécent de ne pas penser aussi à toute l’équipe de notre bailleur, l’Unhcr d’Uvira et de Baraka, mais aussi de Kinshasa pour leur soutien et de la Tanzanie pour leur gentillesse. Hormis les quelques anicroches inhérentes à ce type de partenariat opérationnel, j’ai eu la chance de travailler dans les meilleures conditions de collaboration avec ces gens motivés et conscients de l’importance de leurs actions. Sincèrement, cela a été un vrai plaisir de négocier avec eux, de faire les choix stratégiques et finalement de faire grandir le projet. Désormais sur des rails solides grâce à de bonnes équipes de rapatriement et consort, je laisse le bébé entre de bonnes mains. Envoyez moi de vos nouvelles…